Publié le : 03 mai 20194 mins de lecture

La difficulté du montage d’un projet d’activité réside souvent dans les moyens de réunir le capital nécessaire. Les aides à la création d’entreprise ont été mises en place afin d’alléger cette tâche. En tout, on recense à peu près de 3000 aides en France, provenant de diverses entités comme l’Etat, les collectivités territoriales ou encore les établissements publics ou privés. Il vous suffit de trouver l’aide correspondant à votre profil, votre type d’activité et disponibles dans votre région. Principalement, ces aides peuvent être classées en Trois catégories.

Les aides sociales

Nombreuses sont les aides sociales mais la plus importante de toutes est ce qu’on appelle ACCRE ou Aide aux Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise. Il s’agit d’une aide de l’Etat via le Pôle emploi permettant en principe aux chômeurs ou jeunes de moins de 25 ans, bénéficiaires de l’allocation d’assurance chômage (ARE) ou inscrits dans la liste de demandeurs d’emploi depuis plus de six ans de s’exonérer des charges sociales pendant la première année d’activité.  A côté, il y a aussi L’ARCE ou Aide à la Reprise ou à la Création d’entreprise qui permet également aux bénéficiaires de l’ARE créant ou reprenant une entreprise de recevoir d’un seul coup 45% du montant des droits au chômage afin de renflouer son capital.

À parcourir aussi : Les pépinières, un solide accompagnement pour les jeunes entreprises

Les aides fiscales

Il existe aussi selon la localisation de chaque entreprise des aides relatives aux impôts, à savoir des allègements fiscaux ou même une exonération totale des impôts pour les premières années. Les allègements fiscaux  sont surtout destinés  aux entreprises à statut JEI (ou Jeune Entreprise Innovante), ayant réalisé des projets innovants et des dépenses R&D. En ce qui concerne l’exonération d’impôts, ce sont entreprises nouvellement créées à activité industrielle, commerciale, artisanale ou libérale se localisant dans une zone d’Aide à Finalité Régionale (AFR) ou reprises qui s’implantent dans une Zone de Revitalisation Rurale (ZRR) qui ont en droit, il s’agit d’une exonération des cotisations foncières et des impositions forfaitaires.

À parcourir aussi : Rupture conventionnelle et licenciement, quelles différences ?

Les aides financières

Le NACRE ou Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise est un prêt sans intérêt octroyé par Pôle emploi mais régionalisé, aux jeunes entrepreneurs. Ce prêt peut aller de 1000 à 8000 euros et est remboursable jusqu’ à 5 ans. Le nouvel entrepreneur bénéficie également d’une aide  au  montage de son projet et d’un accompagnement à la création d’entreprise. Il existe également des prêts spécialement pour les femmes, à des conditions favorables et un taux plus que raisonnable.