L’entrepreneuriat face à la Covid-19

L'entrepreneuriat face à la Covid-19

Covid-19 et entreprises

Quelles entreprises génèrent des opportunités pendant la crise du coronavirus ? Plusieurs secteurs du monde des ‘start-ups’ ont fait leur chemin pendant la crise du coronavirus, démontrant leur potentiel de croissance. Parmi elles, des entreprises numériques qui répondent aux besoins des utilisateurs dans des domaines tels que la santé, l’éducation et les services financiers.

Résistance des entreprises 

La crise du coronavirus a été un coup dur pour le monde de l’entrepreneuriat. Une enquête menée par Wayra Spain, le pôle d’innovation de Telefónica, auprès de plus de 200 start-ups d’Allemagne, d’Argentine, du Brésil, de Colombie, du Chili, d’Espagne, du Pérou, du Mexique et du Royaume-Uni, révèle que la Covid-19 a un impact négatif sur 74 % des entreprises. La pandémie mondiale a eu un impact important sur le secteur textile. Pourtant, de nombreuses entreprises, loin de se laisser décourager, se réinventent pour apporter leur grain de sable avec des initiatives solidaires ou contribuer à pallier la pénurie de masques et d’équipements de protection contre le coronavirus. Cependant, l’écosystème est résilient et, lorsqu’on demande aux participants s’ils prévoient de maintenir ou d’augmenter leurs effectifs, pas moins de 72 % ont répondu par l’affirmative. Malgré les difficultés, une « start-up » sur quatre considère que la situation actuelle a profité à son entreprise car elle a contribué à accélérer son processus de numérisation, même si elle considère que l’investissement dans des solutions innovantes sera affecté à court terme, comme Paul Morlet. Pour en savoir sur Paul Morlet management, visitez developpementeconomie.courbevoie.fr.

Numérique mis en avant

Parmi les principales tendances qui seront renforcées après cette crise, les entrepreneurs soulignent, « l’adoption de canaux de services numériques, la numérisation des petites et moyennes entreprises, la croissance de produits qui améliorent l’efficacité de l’utilisation du cloud, ou dans le cas de l’Amérique latine, une accélération de la numérisation des paiements ». Quant aux secteurs les plus entraînés par les effets de la pandémie mondiale, ceux-ci seraient les plus notables : « Edtech » où le coronavirus a fait remplacer les tableaux noirs et la craie, pendant le confinement, par des solutions numériques développées pour enrichir le processus d’enseignement. “Cela pourrait être la perturbation dont le secteur avait besoin pour nous faire repenser notre façon d’éduquer et remettre en question ce que nous devons enseigner et ce à quoi nous préparons nos étudiants”, expliquent Poornima Luthra (Copenhagen Business School) et Sandy Mackenzie (Copenhagen International School) dans un article pour le Forum économique mondial. « Les éducateurs du monde entier découvrent de nouvelles possibilités de faire les choses différemment et avec une plus grande flexibilité, ce qui entraîne des avantages potentiels en termes d’accessibilité à l’éducation pour les étudiants du monde entier. Les entreprises spécialisées dans les technologies éducatives ont une opportunité unique de développer toutes sortes de solutions qui ont un impact positif sur la vie des étudiants. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible de combler la fracture numérique que le confinement a rendu plus visible. « L’exclusion numérique génère non seulement une division des connaissances, mais limite également les opportunités de générer des réseaux, des communications et des compréhensions interculturels », explique un groupe d’experts d’universités du Pakistan et des États-Unis, dans cet article publié dans l’International Journal of Educational. La technologie dans l’enseignement supérieur. « La première et la plus importante des conditions préalables à l’exploitation de ces technologies dans l’éducation est de garantir un accès adéquat aux enseignants et aux étudiants. »

FinTech et E-santé

Pour le « Fintech », un nouveau scénario s’ouvre dans lequel les entreprises du secteur «fintech» peuvent être tirées par une plus grande numérisation parmi les utilisateurs qui ont augmenté leurs opérations via Internet. « Nous devons numériser nos entreprises pour pouvoir offrir une expérience unique de bout en bout, et les « startups fintech » jouent un rôle très important”, a récemment expliqué Antoni Ballabriga, directeur mondial des affaires responsables de BBVA. réunion organisée par Finnovating. “Maintenant, un monde d’opportunités s’ouvre pour ces entreprises dans des secteurs qui jusqu’à présent étaient beaucoup plus résistants à l’entrée de nouveaux modèles économiques.”

Télécommunication mise 

Tandis que pour le « E-santé » ,tout indique que la pandémie de coronavirus marquera un avant et un après dans ce secteur qui permet d’offrir des services de santé à distance. Selon une enquête du cabinet de conseil américain Oliver Wyman, 65% des consommateurs aux États-Unis sont prêts à utiliser les services de télémédecine, mais seulement 8% l’ont fait jusqu’à présent. « À mesure que la demande augmente, ces canaux permettront au système de santé de maximiser sa capacité précisément au moment où il devra être testé. » L’étude de Wayra Spain prévoit également un impact positif sur “les projets liés aux télécommunications, au télétravail, à la logistique / ‘e-commerce’, à la vidéo, aux appareils, à la cybersécurité, au ‘cloud’ et aux solutions VR. De plus, il souligne les initiatives de solidarité qui émergent de nos jours entre les entreprises et qui se traduisent par un processus d’apprentissage sur la voie de la réinvention. Parmi eux, les plus marquants sont “la production de fournitures médicales avec des imprimantes 3D, le transport gratuit pour les personnels de santé ou le développement d’applications avec les gouvernements”.

Conseils de paul Morlet pour réussir le management de son entreprise
Comment motiver les salariés au travail ?